You are here
Home > Actu > Le restaurant BDC, Boulettes de viandes

Le restaurant BDC, Boulettes de viandes

 

Olivier Mosnier et Jenny Barbé. Ils proposent aussi une boulette végétarienne, «  c’est celle qui demande le plus de travail ! ».
Olivier Mosnier et Jenny Barbé. Ils proposent aussi une boulette végétarienne, «  c’est celle qui demande le plus de travail ! ».
La façade : pas d’enseigne pour économiser la taxe correspondante de la commune.
La façade : pas d’enseigne pour économiser la taxe correspondante de la commune. Comme dit Olivier Mosnier « Nous, c’eet tout pour l’assiette et les clients ».

Les boulettes du succès, numéro Un sur Tripadvisor .- « Pas question de se lancer dans une brasserie à viande, une pizzeria, un fast-food. Il y en a déjà trop. Donc nous avons penché pour les boulettes. C’est un souvenir de mon enfance, je me régalais des boulettes que concoctait mon père. Nous avons travaillé sur cette idée. Les bistrots à boulettes existent à Lyon, à Paris, en Belgique, aux Etats-Unis, etc. » racontent Olivier Mosnier et Jenny Barbé. Ils ont réfléchi à ce concept avant de reprendre une petite affaire en centre-ville, un bistrot, une vingtaine de couverts, une terrasse en été. Tout ce qu’il faut pour travailler à deux, voire deux et demi quand ils ont un apprenti. « Nous voulions proposer une restauration abordable, avec du frais, travaillé sur place » ajoute Olivier Mosnier.

En trois ans, le succès du restaurant à boulettes BDV (Boulettes de viande) ne se dément pas. Il caracole en tête de Tripadvisor comme meilleur restaurant clermontois. Le service se base sur une carte à remplir (avec des croix) : boulettes bœufs, poulet, végétarienne ? Présentation en burger, classique, à la nage (swimming balls) ? Il y a aussi un plat du jour, un accompagnement du jour, la boulette de la semaine et des desserts. « Mais les plats  ne représentent que le tiers de nos ventes à midi » explique Jenny Barbé.

La journée se déroule sur un rythme précis. Achat et mis en place le matin, tout le monde est en cuisine. Puis service du midi, coupure l’après-midi et bis repetita pour la soirée. Le travail est organisé en fonction de tous les facteurs connus. « Nous sommes ouverts les midis du lundi au vendredi et les soirs du mercredi au vendredi. Nous avons décalé le samedi soir au mercredi pour une raison toute simple : nous sommes trop petit pour la clientèle familiale de fin de semaine ». A midi, ce sont les employés de bureaux, les avocats ou autres qui travaillent dans le quartier (ticket moyen 18 €). Le soir, les clients Tripadvisor, « les touristes qui cherchent les numéros un, deux ou trois dans les villes qu’ils traversent » (ticket moyen 25 €).

Leur formation initiale ne les prédestinait à la restauration. Lui a travaillé au Club Med, comme plagiste, réceptionniste dans des hôtels, il dispose de brevet pour enseigner le fitness, le canoé-kayak. Tout cela avec un Bac Lettre/Maths – qui n’existe plus aujourd’hui. Jenny Barbé a une formation dans les métiers du Livre, mais les débouchées sont devenus rares. Elle tente des concours pour rentrer dans l’administration, mais elle eset recalée : trop de diplôme. Et elle se retrouve alors six mois dans la restauration rapide, chez McDo. « J’ai surtout acquis de bonnes bases sur l’hygiène ».

Maintenant, le couple réfléchit à un agrandissement, un déplacement, voire une délocalisation. « Il nous faudrait une dizaine de couverts supplémentaires, et le chiffres d’affaires qui va avec pour créer un emploi pérenne».

Bienvenue #AuBDV !

Et qu’en pense le Testeur des Bonnes Tables?

 

 

 

 

Similar Articles

Top